feb 20

Emirates Global Aluminium chief says Chinese producers will keep prices down

Emirates Global Aluminium chief executive Abdulla Kalban says he expects fierce Chinese competition to keep a lid on world aluminium prices for the next couple of years.

EGA is one of the world’s top 10 aluminium producers but is heavily reliant on export markets to sell its product, where it meets competition from China, which has five companies in the world’s top 10 producers alone, and its total accounts for nearly 60 per cent of world production.

emirates-global-aluminium-chief-says-chinese-producers-will-keep-prices-down
Aluminium producers in the GCC “are trying to mitigate the threat to market share but the Chinese are everywhere, in Europe, Asia, everywhere,” said Mr Kalban.

“The oversupply position is mainly because of the Chinese [and for] primary aluminium production there is concern from our consumers because of severe competition from the Chinese, including into our local markets in the UAE. I don’t expect we’ll see good prices for the next couple of years and most companies are in pain.”

Aluminium prices have recovered some ground since the start of the year, with futures prices on the London Metal Exchange gaining about 10 per cent to about US$1,620 per tonne.

But despite fairly steady increases in aluminium demand worldwide, supply additions have run ahead of demand and resulted in chronic oversupply. That has been exacerbated by a slowing in demand growth, especially in China.

World production last month was 4.9 million tonnes, of which China produced at least 2.8 million tonnes, according to the International Aluminium Institute. (It did not have an estimate for China’s “unreported” production, which could have added several hundred thousand tonnes more.)

The next largest producing region was the GCC, with output of 426,000 tonnes, 70 to 80 per cent of which must find a market outside the region, according to Mohammed Al Naki, the chairman of Arab International Aluminium Conference (Arabal), which will meet next month in Dubai for its annual gathering.

“It is not only GCC producers suffering from China; Europe and others are suffering from China too,” Mr Al Naki said.

The Middle East region has been one of the fastest growing markets for aluminium demand, but capacity additions have grown substantially since the world financial crisis: from 2.24 million tonnes per annum (tpa) in 2008 – or about 6 per cent of world capacity – to 5.59 million tpa last year, or about 10 per cent of world capacity.
There is strong demand from construction and transport sectors, but the region needs to build capacity downstream in areas like tyre and other automobile parts manufacturing to secure more of the GCC final demand market, Mr Al Naki said.

The world aluminium industry has been consolidating in recent years in response to the rise of Chinese producers, which includes top 10 producers Chalco, Hongqiao, CPI, Xinfa and East Hope. That included the US$38 billion merger in 2007 of Rio Tinto and Alcan of Canada, and the creation three years ago of EGA from the $15bn merger of Dubal and Emal.

The world’s largest single producer, Rusal of Russia, benefits from being fully vertically integrated, with both bauxite and cheap energy within its borders.

Mr Kalban said EGA is pursuing its own vertical integration strategy, with a $3bn alumina refinery at Al Taweelah, Abu Dhabi, due for completion in early 2018 (originally scheduled for the end of next year).

EGA owns bauxite producer Guinea Alumina Corp and a 45 per cent stake in bauxite miner Cameroon Alumina.
In June, EGA approved a project to develop an initial 12 million tpa bauxite mine in Guinea, which will include construction of an export terminal at Port of Kamsar and rail infrastructure upgrades, with the first production due in 2018.

feb 13

MagMin 2016 – Glass growth and what it means for refractories

Delegates at this year’s MagMin2016 were told that there were opportunities for growth for refractories producers in the glass market.

Delegates at this year’s MagMin 2016 were told that there were opportunities for growth for refractories producers in the glass market.

Addressing the conference, which this year was held in Dusseldorf, Fabrice Rivet, technical director of the European Container Glass Federation, said that the glass industry was “doing well despite the economic context (…) and remains a solid industry with good customer prospects”.

To produce glass, manufacturers have to fire the raw materials (which include silica sand, soda ash, and borates) in large kilns, lined with refractory bricks that are, on average, replaced every 15 years.

Trends in the glass industry therefore impact refractory producers.

In Europe today there are 160 glass manufacturing plants with an average of two furnaces per plant. For now, these are mainly gas-fired plants but Rivet hedged that soon these will be replaced by electric furnaces and furnaces that allow more flexibility.

Rivet underlined that competition from alternative materials abounds, with developments noted in fluorescent coated glass and VersaFlow – both new concepts in glass that have developed over the last five years. As well as this, the move towards decarbonisation poses the same challenges for the glass market as it does the refractories market, Rivet noted.

Challenges

Rivet pointed to challenges such as slow growth, unemployment and evolving consumer patterns as affecting the glass market but underlined that the glass industry still held many strong points.

“Glass remains a premium packaging material across all consumer spaces, from fast moving consumer goods to luxury beverages. It constitutes an excellent barrier to contamination, and offers low transmission of oxygen and water vapour,” Rivet explained.

“Glass is also highly inert: it doesn’t leach into nor react with food and beverage it contains. It is the only packaging with no plastic layer, and is highly recyclable and recycled, with no loss of properties,” he added.

feb 06

L’ automobile européenne accélère les cadences

Renault annonce la production de sa Clio dans un troisième site européen pour répondre à la hausse de la demande.

lautomobileeuropeenne-accelere-les-cadences

Le taux d’utilisadteiosnsites sur le Vieux Continent est de 81%%, contre 68%% durant la crise.

En dix ans, la géographie industrielle de l’automobile s’est fortement modifiée…

More information. Download .PDF

feb 01

La façon dont fonctionne le marché de l’acier chinois n’est pas acceptable, estime Philippe Darmayan d’ArcelorMittal

Le sidérurgiste vient d’annoncer une perte record de près de 8 milliards de dollars. La compétitivité de la production européenne d’acier pose plus que jamais question. Le président d’ArcelorMittal France, Philippe Darmayan, estime que le secteur est menacé si les autorités européennes ne réagissent pas rapidement. L’objet de toutes les crispations: la Chine.

la-fason-dont-fonctionne-le-marche-de-l-acier-chinois-n-est-pas-acceptable-estime-philippe-darmayan-d-arcelor-mittal

Comment expliquer la perte de 8 milliards de dollars annoncée par ArcelorMittal?
Philippe Darmayan. Elle est due essentiellement à une dépréciation de nos actifs. Sur les 7,9 milliards de pertes annoncés, 4,8 sont dues aux dépréciations, surtout dans le secteur minier, et le reste à des charges exceptionnelles liées à la perte de valeur des stocks en raison de la chute des prix de l’acier. La situation du marché est très critique. La Chine accuse 300 millions de tonnes de surcapacités de production d’acier, sur une production de 800 millions de tonnes. Des chiffres à comparer à la capacité européenne qui s’élève à 150 millions de tonnes et celle des Etats-Unis à 120 millions de tonnes. Cette situation de surcapacités s’explique par le fait que les Chinois ont tablé sur une base de croissance de 10% et que depuis un an, l’économie chinoise est à l’arrêt dans l’acier. De ce fait, une partie de la production d’acier ne trouve pas d’utilisateur sur le marché. La croissance européenne du secteur, comprise entre 1 à 2% en 2015, a été complètement absorbée par la croissance des exportations de la Chine en Europe.

 

Quel est le niveau des importations d’acier chinois?
Les importations ont cru de 25% entre 2014 et 2015. Avec, comme corollaire, une baisse des prix de l’acier chinois sur le marché européen, auquel s’est ajoutée la baisse du prix des matières premières. En résumé, la croissance chinoise a eu deux effets. D’abord sur la production d’acier et son prix, puis sur le prix des matières premières. Nous sommes victimes d’une double peine.

Quelles vont être les conséquences sur le développement d’ArcelorMitttal en Europe ? Nous avons la conviction, preuves à l’appui, que les baisses de prix de l’acier chinois résultent de dumping, autrement dit de subventions du gouvernement chinois. Nous sommes en train de mener une action auprès des gouvernements et de la communauté européenne pour mieux surveiller les prix chinois et pour lancer une opération anti-dumping vis-à-vis des Chinois. Aujourd’hui même est publiée une lettre des ministres de l’Economie adressée à la Commission européenne et au Conseil, à laquelle le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a largement contribué. Nous demandons à ce que la Chine accepte des conditions concurrentielles acceptables par rapport à l’Europe.

 

Le secteur dénonce depuis plusieurs années ces pratiques. Pensez-vous être cette fois-ci écouté?
Nous n’avons jamais eu autant de chances d’être écoutés à Bruxelles qu’aujourd’hui grâce à Emmanuel Macron. Concrètement, l’objectif est de mettre en place des taxes qui compensent les anomalies aujourd’hui constatées. Pour le moment, la façon dont fonctionne le marché de l’acier chinois, véritable entreprise d’Etat, n’est pas acceptable. Les droits de douane doivent porter les importations chinoises à l’égal de l’acier européen.

 

La production d’acier européenne est-elle menacée si aucune décision n’est prise à l’échelle européenne? Oui, on peut dire ça. Je suis de nature optimiste, donc je pense que les mesures seront prises dans un sens satisfaisant. La mobilisation qui va se traduire le 15 février à Bruxelles par une marche des aciéristes et un soutien prononcé des ministres de l’économie va dans le bon sens.
Dans quelle mesure l’acier chinois, bas de gamme, menace-t-il la production européenne davantage positionné dans le haut de gamme ? Nous sommes effectivement protégés sur nos aciers haut de gamme, mais ils ne représentent pas la majorité de nos produits. Vous ne pouvez pas produire uniquement du haut de gamme destiné à des niches de marchés. Le site d’ArcelorMittal de Fos-sur-Mer, par exemple, qui produit du laminé à chaud destiné aux usines de transformation dans le pourtour méditerranéen, est concurrencé par les usines chinoises. Si je cite a contrario l’usine de Dunkerque, elle est moins attaquable du fait du volume de spécialités qu’elle produit.

 

Avez-vous des inquiétudes quant à l’avenir du site de Fos-sur-Mer ?
Non, je n’ai pas d’inquiétudes. Nous avons déjà dit qu’il pouvait y avoir temporairement des opérations de chômage partiel. Ce que nous n’avons pas mis en oeuvre aujourd’hui. Aussi longtemps que nous pourrons tenir, nous tiendrons. Nous sommes transparents sur cette question de nos problèmes de compétitivité. Nous avons décidé de fermer temporairement notre usine en Espagne de Sestao. Nous n’avons pas décidé aujourd’hui de mesure semblable à Fos-sur-Mer.

Pourquoi avoir vendu vos parts dans Gestamp alors que le marché automobile représente un segment porteur pour l’acier ? C’est une société exceptionnelle spécialisée dans l’estampage, cliente d’ArcelorMittal depuis longtemps. Nous avons des projets commun de R&D, comme d’ailleurs les procédés d’estampage de l’Usibor. Mais Gestamp n’est pas dans le coeur de notre activité. Nous conservons toutes nos relations en termes de recherche et développement. Cette entreprise reste un de nos partenaires privilégiés, mais nous devons nous désengager pour poursuivre notre objectif de baisser le niveau de l’endettement.

 

Malgré la croissance continue du groupe depuis dix ans, vous faites face à une situation difficile. Comment l’expliquer?

Le milieu de l’acier est très déconcentré. Ces vingt dernières années, il s’est déconcentré encore davantage avec la croissance de la Chine. Tous les acteurs de l’acier font face au même problème de surcapacités. Nous avons d’une certaine façon commencé à régler le problème en diminuant les surcapacités européennes, avec nos opérations de fermeture de sites à Liège, en Belgique, et à Florange, en Moselle. Nous avons conservé nos hauts-fourneaux européens les plus compétitifs pour être capables de concurrencer la Chine. Rappelez-vous qu’au début de l’année 2015, la situation était assez favorable pour l’acier. La situation n’a changé que depuis le milieu de l’année.

 

Alors que Nippon Steel augmente ses parts dans Vallourec, ne craignez-vous pas de vous faire rattraper par certains de vos concurrents en raison de votre forte dette ?
Vallourec est sur le marché du pétrole dont la problématique est différente. Pour revenir à ArcelorMittal, la direction du groupe a pris les devants pour à la fois diminuer la dette nette en décidant une augmentation de capital de 3 milliards de dollars et pour améliorer la compétitivité et restaurer les résultats du groupe en lançant le plan Action 2020.


Vous comptez investir encore en Europe ou au contraire diminuer les capacités de production?
La stratégie sur l’Europe est de continuer à faire de la R&D, de fabriquer des produits qui correspondent aux besoins des industriels de l’économie verte, comme des aciers toujours plus résistants, toujours plus fins.

La réforme du système d’échanges de quotas de CO2, qui entre bientôt dans sa quatrième phase, vous inquiète-t-elle également pour votre compétitivité ? Tout à fait. Cette question fait partie de la lettre envoyée à la Commission européenne. En juillet 2015, la Commission a émis une nouvelle directive pour renforcer ce système, le rendre plus contraignant. Nous avons le sentiment que toutes les industries tournées vers le commerce international seront touchées, du fait que nous n’avons pas en Europe le même niveau d’engagement de réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport à des pays comme la Chine et l’Inde. Une fois de plus, cela crée une distorsion de concurrence. Dès 2017, certains sites européens seront amenés à payer des droits d’émissions de CO2 qui vont les mettre dans des conditions de non-compétitivité accrue par rapport à des sites étrangers concurrents.

 

La possibilité que la Chine acquière le statut d’économie de marché est-il aussi de nature à vous inquiéter?
C’est un autre sujet délicat. Les autorités chinoises souhaiteraient acquérir ce statut dès 2016, dans le cadre d’accords passés avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Or les conditions dans lesquelles le business se fait en Chine ne correspond pas aux conditions de fonctionnement de l’OMC. Nous sommes préoccupés. Soit il faut retarder cet accord, soit définir des conditions acceptables. Mais d’une manière générale, il ne faut pas être catastrophiste. Les actions des autorités à Bruxelles me paraissent de nature à répondre à nos préoccupations. La commissaire européenne vient de demander aux chinois de réduire leurs capacités. Ils ont annoncé qu’ils allaient opérer des réductions, de près de 150 millions de tonnes. La situation est bien en train de bouger.

ene 23

U.S. steel industry has lost 48,000 jobs since 2000

The layoffs at U.S. Steel’s Gary Works on Friday were just part of an ongoing trend that’s afflicted the steel industry, which was once Northwest Indiana’s largest employer and a ticket to a comfortable middle class life.
Steel jobs nationally have fallen more than 35 percent to 87,000 jobs last year, down from 135,000 jobs in 2000, according to the U.S. Bureau of Labor Statistics. The United States lost another 4,000 steel industry jobs in 2015, as compared to the previous year.

us-steel-industry-has-lost-48000-jobs-since-2000
The U.S. steel industry has been declining since the 1970s, but federal data shows job losses have accelerated rapidly in the 21st century. Health care has since eclipsed the steel mills as the Region’s biggest employer.
Since 2000, the U.S. steel industry has weathered two import crises that have resulted in bankruptcies, closed mills and pink slips nationwide. The United States is however now enforcing 161 tariffs against dumped foreign steel, to try to protect the domestic industry.
“At the U.S. Department of Commerce, we are fully committed to enforcing U.S. trade laws and ensuring that our trading partners comply with their obligations under the World Trade Organization and our free trade agreements,” U.S. Secretary of Commerce Penny Pritzker wrote in a letter to the Cleveland Plain Dealer after touring an ArcelorMittal mill there. “We are cracking down on companies and countries that don’t play by the rules in record numbers.”
Many steelworker jobs were lost during the unprecedented consolidation of the industry during the early 2000s, when more than 30 U.S. steelmakers went bankrupt. But the biggest issue facing employment at steel mills is automation, ArcelorMittal noted in its 2015 United States Integrated
Report. Technological improvements have enabled steelmakers to crank out more metal with far fewer workers.
“Steelmaking processes have transformed at a rapid pace, reflecting the industry’s improvement in operating practices and investment in state-of-the-art equipment to increase productivity,” the report stated. “In 2015, one employee accounted for approximately 1,000 net tons of raw steel production, an increase of 20 percent.”

Entradas más antiguas «

Translate »